Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Sécurité,Protection, Soins et Bon Goût pour Louise-Roosevelt-Vert Chasseur et le Bois de la Cambre

S’il y a des habitants de la Ville de Bruxelles qui peuvent s’estimer, à juste titre, avoir été négligés ces dernières années par la majorité PS/SPa-cdH/Cd&V-Groen! ainsi que par le gouvernement régional de l’«olivier»  ce sont certainement les riverains des avenues Louise et Roosevelt, du Vert Chasseur ainsi que les habitués du Bois de la Cambre.

Or, en lisière d’un Bois magnifique, ces quartiers, par la volonté de leurs habitants, disposent encore d’un cadre de vie agréable ainsi que d’une vitalité commerciale qu’il convient de protéger et  soutenir.

Toutefois,  ces années d’abandon par l’autorité publique ne peuvent perdurer.  Aussi, le MR y travaille à la Ville mais veut des investissements régionaux pour

  • RENDRE MAJESTE ET SECURITE A L’avenue Louise

C’est pour relier le centre-ville au Bois de la cambre et à la Forêt de Soignes que cette voie rectiligne, d’aspect monumental et arborée de marronniers fut créée en 1847 par la volonté du Roi Léopold II.  Densément bâtie de commerces, bureaux et logements, l’avenue Louise doit faire l’objet d’une attention particulière en termes de respect des règles urbanistiques et de changement d’affectation afin d’y protéger sa qualité patrimoniale et celle de ses logements.  Espace verts et espaces publics doivent être rénovés et entretenus en leur rendant charme et goût.

Mais avant tout, la liberté de s’y déplacer, de s’y promener, doit y être garantie à tous moments !  La sécurité des personnes et des biens est notre première préoccupation.

Aussi, le MR veut y instaurer une présence policière permanente.  Les équipes dans les commissariats doivent être renforcées afin d’améliorer l’accueil et organiser davantage de contrôles pédestres en uniforme ainsi que raccourcir au maximum le délai d’intervention en cas d’agression ou de troubles.

 

La mise en place du système Télépolice-Vision reliant les commerçants au dispatching de la Zone de Police doit pouvoir assurer la sécurité des commerçants et de leurs clients. Le rétablissement des patrouilles équestres, dans tous les quartiers riverains et dans le Bois de la Cambre – en collaboration avec la commune d’Uccle – sera garante du rétablissementde la quiétude dans l’ensemble de ces artères et magnifiques espaces de détente.

 

Le MR prendra toutes les mesures utiles afin d’y interdire la prostitution de rue.

Les riverains de l’avenue Louise en ont assez de voir les entrées de leur immeuble squattérisées par des bandes de prostituées.  Les habitants de l’Allée du Cloître ne peuvent plus supporter de voir leur cadre de vie transformé toutes les nuits «en bordel à ciel ouvert».

 

 

  • LE MR VEUT Y ERADIQUER LA SALETE ENDEMIQUE

 

Il n’y a pas assez de poubelles sur la voie publique et le nettoyage des rues est tout à fait insuffisant, notamment aux arrêts de trams.

Pour le MR, il faut renforcer les équipes de la propreté et les équiper de matériel suffisant type « glouton ».  Que la Région prenne donc l’exemple des Champs-Elysées à Paris où, à tout moment de la journée et de la soirée, des nettoyeurs guettent le moindre papier ou mégot de cigarette.

La traque aux dépôts clandestins doit être renforcée ainsi que les sanctions administratives pour incivilités par la création d’un service «flagrants délits».

 

  • STOP !   A l’exces de publicite dans les espaces publics

Les réverbères ne sont pas des supports publicitaires ! Le Collège de la Ville veille aujourd’hui à ce que la Région n’utilise  plus systématiquement tous les réverbères de l’avenue Louise et de l’avenue De Mot comme support promotionnel de toute et n’importe quelle manifestation.  Cette pollution visuelle, encore trop forte, contribue à créer un climat de saleté, d’insécurité et détruit la beauté des lieux.

Le MR y travaille à la Ville mais veut rendre plus de goût et de sens esthétique aux aménagements et mobiliers urbains en limitant l’envahissement publicitaire de l’espace public.

 

 

LE DROIT DE BOUGER ET DE SE GARER

Le MR réclame une réduction du nombre d’emplacements de stationnement réservés au corps diplomatique, que ce soit avenue Louise ou avenue Roosevelt, au profit d’une augmentation de places de stationnement pour les habitants.

Le MR exige un meilleur service de la STIB vers le centre de la Ville, évitant aux usagers de devoir changer de véhicule à différentes reprises.  Le MR imposera la coordination des chantiers et la prise effective de sanctions lors de mauvaises remises en état de la voirie.

Le MR est attentif à sécuriser la circulation des vélos : on ne peut à la fois encourager les déplacements en vélo, en offrant notamment la possibilité d’en louer à l’ULB ou avenue Louise, sans aménager l’espace public pour garantir leur sécurité.

  • CLASSER L’avenue Roosevelt comme site PATRIMONIAL

Afin de garantir la pérennité de l’avenue Roosevelt, le MR est, plus que jamais, déterminé à obtenir le classement de la pelouse  centrale, voire de l’ensemble de la voirie de «grilles à grilles», afin d’intégrer les grands arbres remarquables et les trottoirs en pierres bleues dans le périmètre de protection. 

Le MR maintient son opposition totale à ceux qui imaginent y faire passer un tram et entend y refuser toute implantation publicitaire fusse-t-elle temporaire.

En effet, le Gouvernement régional olivier a placé des cubes publicitaires et autres installations promotionnelles  encombrant la pelouse centrale de façon illégale pendant plus d’un an.

Pour les trottoirs, la situation n’est pas meilleure.  La pierre bleue (quand elle est remplacée …) se casse tant et plus ce qui constitue autant de pièges pour les piétons qui doivent être particulièrement vigilants pour éviter la chute.

Dans le cadre d’un grand projet régional et fédéral, le prochain gouvernement doit programmer le réaménagement complet des trottoirs en grandes dalles de pierres bleues d’origine sur  toute la longueur de l’avenue  Roosevelt.

Le MR est également soucieux de l’éclairage public, élément essentiel à la  sécurité.

Pourquoi l’éclairage n’est-il pas uniforme et de même qualité sur toute l’avenue Roosevelt ?  Pour des raisons inexpliquées et inexplicables, des zones particulièrement éclairées succèdent à des zones moins éclairées voire même à des endroits totalement sombres…

Dans le cadre de ce réaménagement visant à redonner à l’avenue Roosevelt tout son lustre d’antan, il est essentiel d’équiper l’ensemble de l’avenue d’un éclairage public, uniforme et de grande qualité esthétique.

 

  • STOP !  AU stationnement de bus ou camions

Le MR dénonce  le stationnement de bus ou de camions, en soirée et les week-ends, notamment à hauteur du pont surplombant les voies de chemin de fer (même problème dans la rue de la Vallée).

  • Garantir la proximité des SERVICES AU PUBLIC

Le MR négociera avec Bpost la création d’un bureau de poste dans le quartier pour permettre, notamment, le retrait des envois recommandés (ne plus devoir se rendre place Flagey …).

Le MR travaille au renforcement des équipes et à l’extension des plages horaires (aussi le samedi matin) pour améliorer et augmenter la qualité des services offerts par l’antenne administrative de l’Etat civil (boulevard de la Cambre, 34).

 

 

 

 

SECURISER ET EMBELLIR LE Bois de la Cambre

En dépit des accords conclus avec Beliris, il y a déjà plusieurs années, le Bois de la Cambre est dans un état perpétuel d’inachèvement des travaux.  Un chantier sans fin !

Le MR y travaille et veut donc

  • Refaire les chemins pour le confort et la sécurité des promeneurs.

La dolomie doit déjà être remplacée à différents endroits car le sol disparaît sous le pied des piétons.

Les crevasses sont légion et empêchent une jouissance normale des lieux.

  • Retrouver un juste équilibre entre les activités de nuit et sa vocation de parc public.

La politique du laisser-aller de la majorité précédente a fait que le Bois de la Cambre s’est transformé au fil du temps : concédé sans retenue par la ville au secteur Horeca (en ce compris une île Robinson qui est quasi privatisée !) et, plus particulièrement, aux boites de nuit, il est envahi par les fêtards noctambules.

Cette situation entraine un cortège de nuisances tel que le bruit pour les habitants des avenues Roosevelt et Victoria et la malpropreté (canettes abandonnées, papiers divers qui jonchent le sol, mégots de cigarettes, etc.).

Le MR travaille à une meilleure coordination de l’ensemble des politiques à mener afin d’assurer une meilleure gestion du Bois de la Cambre (renforcement des équipes d’entretien, de gardiennage et de surveillance);

Le MR ne peut tolérer qu’un plan de mobilité puisse se concevoir sans concertation démocratique et effective avec les habitants.

Il a fallu la détermination du MR pour empêcher le Collège PS/CDH et, plus particulièrement son échevin CdH, de réaliser le projet  farfelu de bloquer le Bois de la Cambre à la circulation.

En outre, le MR refusera la mise en place du plan de mobilité en préparation au niveau régional  prévu pour le goulet de l’avenue Louise, de la rue du Bailli (limite Livourne), des carrefours Defacqz et Vleurgat qui en prévoit la mise en piétonnier totale ou partielle et l’interdiction d’encore franchir ces carrefours !

 

  • ATTENTION AU VERT CHASSEUR

Son aménagement projeté en 1862, le bois de La Cambre est intégré deux ans plus tard, par l’arrêté royal du 21.04.1864, à la Ville de Bruxelles qui annexe également une partie des terrains du hameau ucclois du Vert Chasseur. La limite communale, irrégulière, entre Bruxelles et Uccle correspond à la zone de défrichement autour du hameau vers 1800. Elle est aujourd’hui partiellement matérialisée par le chemin des Oiseleurs et par un sentier pavé, sans nom, qui débute à l’extrémité de l’avenue Casalta, en direction du chemin des Oiseleurs.

La dénomination « Vert Chasseur » est arrêtée par le Conseil communal de Bruxelles en 1882.

Le MR n’oublie ni l’histoire, ni l’existence de ce superbe quartier de la Capitale dont il convient de protéger la richesse patrimoniale architecturale et naturelle comme cadre de vie exceptionnel en veillant à conserver l’équilibre délicat entre les fonctions logement, bureaux et Horeca.