Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Mon engagement associatif

Mon engagement dans la vie associative sociale et culturelle :

Dès mon élection en 1982 au sein du Conseil communal de la Ville de Bruxelles, j’y ai plaidé pour l’instauration d’un cours de civisme au sein des écoles de la Ville.
Cette préoccupation de développer, au sein de la population et surtout auprès des plus jeunes, une conscience de citoyen responsable et solidaire, je l’ai partagée avec plusieurs personnes – notamment en charge de la défense civile.

Avec le Général Bats, alors président de la C.P.N.D, et Jean-Paul Everaert, ingénieur y représentant l’administration des transports ; nous avons fondé, en 1988, l’asbl « Promotion du civisme, vivre ensemble, responsable, solidaire ». Outre la production de nombreuses études, sondages et textes de réflexion sur le civisme et la culture, le civisme et l’éducation, la Charte des droits et devoirs du citoyen… L’asbl « Promotion du civisme » a créé et remis une dizaine de prix du civisme et initié la création de l’Echevinat du civisme dans les communes.
Dans le domaine social, force est de constater que malgré un filet social très structuré dans notre pays, un certain nombre de personnes restent en marge ou ne correspondent pas aux critères des aides accordées par les pouvoirs publics. Souvent des enfants sont concernés.

Partant de ce constat, partageant ce souci et une volonté d’agir avec Pierre Van Halteren, ancien Bourgmestre de Bruxelles, nous avons fondé l’oeuvre libérale d’aide à l’enfance déshéritée « Prendre un enfant par la main ». Ainsi, chaque année, nous donnons un maximum de coups de pouce pour aider des familles, des mamans isolées à offrir à leurs enfants : des soins, des repas chauds, des stages, des vacances, des équipements scolaires… qui leur auraient gravement fait défaut.

Mon engagement dans la vie associative culturelle correspond à ma double préoccupation d’une part de soutenir les artistes et leurs créations culturelles ; d’autre part, de rendre la culture accessible au plus grand nombre de gens. Persuadée que dans une grande ville comme la nôtre, elle est un élément indispensable à l’épanouissement harmonieux de chacun. Entre 1994 et 2000, comme Echevin de la Culture, j’ai été à l’origine de la fondation de nombreuses associations culturelles, conçues comme des outils de gestion et de promotion de lieux culturels et de leur force créatrice.

Ainsi en est-il des associations « Bellone Brigittine », « Riches Claires », « Cité-Culture »,« Breugel», «Bruxelles-Expo-Musée », « La Montagne magique ». Désormais bien stabilisées sur un socle clair et solide, ces entités culturelles ont pu continuer à fonctionner et se développer grâce aux équipes qui les nourrissent et les animent.
Le lancement et l’organisation d’événements culturels à Bruxelles répondaient, pour moi, au double souci d’une part de développer dans notre ville une activité touristique de loisir basée sur une meilleure image de « ville de culture » et, d’autre part, de sortir celle-ci des lieux traditionnels de culture pour la rendre plus accessible. Ainsi en était-il du  festival de musique baroque que j’ai créé en 1995 avec l’association des commerçants du Sablon dénommé  « les Printemps baroques du Sablon » et, en 2000, pour le grand festival populaire de l’été, Brussels Festival, toujours fort actif .
 Enfin, côtoyer les artistes, acteurs et gestionnaires culturels m’a offert de partager des sentiments sincères et incomparables de respect, de complicité, de tendresse, voire d’amitié. Ainsi, au-delà de mes responsabilités politiques communales, Yves Larec m’a demandé de présider « Les amis du théâtre du Parc » et Michel Boggen m’a confié la présidence de son théâtre « Le Public ». Ces gestes d’amitié et de confiance ont été, pour moi, les plus beaux signes de reconnaissance et d’encouragement pour un engagement qui reste mien au quotidien.
Au côté d’ Irène et Georges Reichenberg, je préside  également « Les Amis belges de l’Aliah des Jeunes » au profit des villages d’enfants en Israël.