Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

PS et CDH, unis pour tuer le centre-ville de Bruxelles.

P1070014

Au Conseil communal, le MR dénonce le blocage de tout le centre-ville. La réduction à une bande de circulation dans chaque sens des boulevards Adolphe Max, Anspach et Lemonnier  par l’implantation d’une double piste cyclable vient s’ajouter encore à la pagaille générée par les chantiers interminables dans toutes les rues commerçantes autour de la Grand Place. RESULTAT : TOUT LE CENTRE-VILLE EST BLOQUE !

Sans permis d’urbanisme, ni enquête publique, imposée  sur simple décision de police entérinée par le Collège en juillet dernier , le chantier de marquage au sol, en cours de réalisation  en ce moment,  coûte 80.000 euros aux contribuables bruxellois .

Un aménagement qui va définitivement bloquer tout le  trafic sur cet axe déjà fortement encombré, notamment, par le non respect des aires de déchargement et le stationnement en double file.

Mais  le but recherché par le Collège des Bourgmestre et Echevins est précisément de provoquer des bouchons afin de décourager les gens de venir en voiture dans le centre-ville : de la pure inconscience   alors qu’un signal d’alarme a encore été lancé récemment par Agoria selon qui « 70 % des entreprises sondées seraient prêtes à quitter Bruxelles pour des raisons de mobilité » , en 2008, elles n’étaient que 20 %.

Au vu de ces chiffres et en cette période de difficultés économiques, le Collège juge-il opportun qu’un tel signal puisse être lancé, de façon aussi  brutale qu’unilatérale ?

Concernant la zone de chalandise de l’hyper-centre commercial de Bruxelles, en prenant une telle décision de blocage de la circulation, sans attendre la mise en service du RER et l’accroissement de la desserte ainsi que la performance des transports en commun,le Collège de la Ville de Bruxelles  fait  courir un immense risque de désertification commerciale au centre de la Capitale. 

Et ceci, d’autant plus que l’offre commerciale dans la deuxième couronne et dans la périphérie se développe.

Enfin, si cet aménagement cyclable est déclaré s’inscrire dans la prolongation de celui installé il y a quelques années sur le boulevard Émile Jacqmain, il faut noter surtout qu’il reproduit celui qui avait été installé sur ces mêmes boulevards durant la période électorale de 2006,  pour être ensuite effacé, quelques mois plus tard !

Même s’il s’agit d’un traçage au sol et d’une organisation de la circulation semblant ne devoir relever que d’une décision de police prise sous l’autorité du Bourgmestre, vu son impact sur l’ensemble de la mobilité communale et régionale, celle-ci  aurait du faire l’objet d’un permis d’urbanisme soumis à enquête publique .

Dans le même sens et vu son impact tant sur l’attractivité des entreprises que des clients potentiels dans le centre de la Capitale,une telle décision aurait du faire l’objet d’une étude d’impact économique.

Enfin, dans le cadre des récentes réformes institutionnelles et des prochaines compétences que doit recevoir la Région bruxelloise en matière de Police et de Mobilité, vu l’impact de cette décision communale sur la circulation de transit intra-régional,  il y aurait-il  lieu  de la repenser dans un contexte de  mobilité régionale. Quel gâchis pour un effet de manches électoral ! 

Comments are closed.