Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Pour que Bruxelles se libère!

Avec Marion LEMESRE  et  le MR,

 

                                 Pour que Bruxelles se libère

 de l’insécurité

insécuritéIl faut se donner les moyens de mieux protéger les Bruxellois et sécuriser efficacement la Région bruxelloise, ses quartiers et ses transports en commun au travers d’un vrai Plan régional de sécurité.

– par une présence renforcée de la police de proximité, des caméras de surveillance et des sanctions contre les incivilités,

– par la systématisation de patrouilles pédestres, cyclistes ou équestres dans tous les quartiers bruxellois au départ des commissariats des divisions locales de chaque commune.

– par l’implantation d’antennes de quartier (aussi appelées Koban) dans l’ensemble des communes bruxelloises.

– par la création d’une brigade unique de sécurité pour l’ensemble des infrastructures (souterraines et en surface) des transports en commun. Celle-ci devra être représentée au sein de la Coordination Régionale de Sécurité (CRS) et son pilotage sera géré par les services de police en concertation avec l’Observatoire Bruxelles pour la Prévention et la Sécurité (OBPS).

– par la mise en place d’une Coordination Régionale de Sécurité (CRS) qui rassemble, trimestriellement (hors procédure d’urgence), les représentants du parquet, des communes, des zones de police, de la Brigade des transports en commun, du gouvernement régional, de la police fédérale, des institutions pénitentiaires et des institutions de protection de la jeunesse bruxelloises.

– par le développement de  la coopération entre l’enseignement aux métiers de la sécurité et l’Ecole de police(ERIP), le renforcement des modules d’apprentissage « pratiques » et de maintien de l’ordre, l’organisation de  la formation continuée des policiers dans les zones de police et non plus au sein des infrastructures de l’ERIP, le renforcement des sessions de formation « pratique » portant sur la violence physique visant les services de police,

– par la création d’une Ecole des Cadets de police (ECAP) en Région bruxelloise. L’Ecole des Cadets dépendrait directement de l’ERIP et favoriserait la réussite des candidats policiers bruxellois. L’apprentissage linguistique des candidats policiers y serait aussi organisé́.

des décrets inscriptions

ecole

–     par l’augmentation de l’offre et de la qualité scolaire qui redonne le libre choix aux parents,

–     par l’abrogation des décrets inscriptions successifs et leurs effets pour revenir aux fondamentaux du Décret « Missions » du 24 juillet 1997 : : libre choix des parents, adhésion    au  projet pédagogique et relation privilégiée entre l’école, l’élève et les parents

–     par le remplacement de l’adossement par un partenariat pédagogique assoupli ;

–     par le maintien de 3 types de priorités  à l’inscription : fratrie, personnel prestant et priorités octroyées par le directeur de l’école qui accueille ;

–     par la suppression de la CIRI ( Commission inter réseaux des inscriptions) dans son fonctionnement et sa composition qui ne correspondent pas à ce qui était attendu par les parents et les écoles ;

–     par la prise en charge des écoles secondaires délaissées (équipes éducatives, climat d’apprentissage…) pour en (re)faire des lieux d’apprentissage accueillants ;

–     par l’augmentation quantititative et géographique de l’offre d’enseignement fondamental à Bruxelles pour répondre aux besoins de chaque commune

 

 du chômage

 

–  par la formation en alternance emploiet les partenariats école-entreprise;

Il faut s’inspirer de projets performants tels que celui qui a été conclu notamment entre Audi (Forest) et des écoles, basé sur une immersion professionnelle et une formation en entreprises, couplée à la mise à disposition par l’entreprise de matériel d’apprentissage aux établissements scolaires (d’autres exemples peuvent notamment être cités dont

le KTA Pro Technica de Hal qui a développé́ des synergies avec BMW). Ce type de partenariat public-privé doit être la grande priorité de la législature à venir, cette stratégie doit être maximisée en Région bruxelloise et viser tous les types d’entreprises (multinationales, PME- PMI et TPE, associations internationales, etc.) avec le souci des masses critiques, mais aussi les organismes publics (STIB, Bruxelles Propreté́, etc.).

– par la mise en place d’une « activation linguistique obligatoire » et l’instauration d’un « contrat d’insertion et de responsabilité́ civique » du demandeur d’emploi.

de la récession

 

– par la réduction de la fisrecessioncalité sur le travail, des droits d’enregistrement, de succession et de donation.

Le MR a soutenu la récente exonération de l’héritage de la résidence commune entre époux et cohabitants : après 9 années de combat, le MR aura finalement été entendu.

Toutefois, rien n’a changé pour les autres situations dont certaines sont dramatiques avec des taxations à des taux de droits de successions qui peuvent atteindre 80 %.

– par la simplification du  nombre de tranches et revoir à la baisse les tarifs en fonction de l’évolution de l’indice des prix à la consommation.

La Région connaît également une taxation des surfaces professionnelles qui n’existe pas en périphérie urbaine.

– par la suppression de cette taxe régionale de manière à favoriser le maintien de l’investissement économique à Bruxelles et d’empêcher ainsi le départ des entreprises à la recherche de zones moins taxées.

de la crise

crise

–   par la promotion des PME et des commerces, acteurs de la relance économique. Le MR est le seul à se battre et plaider pour que les PME, actrices de la relance, soient épargnées par les mesures d’austérité. L’esprit d’entreprise reste trop faible en Belgique, or c’est bien de la croissance dont nous avons besoin donc de l’activité privée dynamique. Mesures proposées par le MR pour aider les indépendants :

–   par l’extension de l’assurance-faillite aux cas de difficultés financières et aléas de la vie, et réduction des charges sociales sur les trois premiers emplois ;

–   par la révision du montant des pensions des indépendants et le mode de paiement des cotisations sociales, déconnectées de la réalité économique;

–   par la réforme de l’agence Atrium, chargée de promouvoir le développement et l’intégration de la fonction commerçante dans les quartiers bruxellois. Cette agence régionale ne peut se substituer ni au secteur privé, ni aux associations de commerçants, ni aux échevins du commerce :

• Il est impératif d’imposer à l’agence des objectifs précis à respecter ;

• La Région doit se concentrer sur des études prospectives, sur le monitoring de l’évolution des commerces, dans chacun des noyaux recensés ;

• La Région doit aussi assurer un travail constant sur l’attractivité de nouvelles enseignes afin de renforcer son image comme « destination shopping ».

-par la sécurisation des quartiers commerçants . Ainsi, il faut favoriser, au travers de primes régionales, le recours à un système performant de Télépolice – vision pour les indépendants, les professions libérales mais aussi dans et aux abords des noyaux commerciaux et aider à la sécurisation préventive des commerces (installation d’alarmes,) Il faut assurer la présence visible de policiers et de véhicules de police dans les rues commerçantes et les quartiers animés par l’Horeca ;

 des délocalisations  de talents et d’entreprises audiovisuelles

– par une politique forte pour soutenir et exporter le secteur audiovisuel bruxellois et, pour être concurrentiel et attractif par rapport aux autres Régions, doté d’un budget au moins équivalent à ceux de Flandre et de Wallonie, à savoir 5 millions d’euro.

– par la création d’ une ligne « Bruxellimage entreprise » pour soutenir le développement des entreprises, ayant un siège social et d’exploitation à Bruxelles, dans leur recherche de visibilité et d’accès aux crédits. Cette ligne pourra notamment permettre aux entreprises d’investir dans l’acquisition ou le prêt de matériel, que l’on sait coûteux, relevant de la haute technologie de l’audiovisuel.photo5

–  par la stimulation des partenariats publics-privés dans le domaine de l’audiovisuel pour dynamiser le développement de nouveaux concepts commerciaux indépendants porteurs. En s’inspirant, notamment, de la privatisation de la VRT qui a fait naître un bijou commercial et indépendant, Studio 100.

–  par le regroupement des différents opérateurs dans la Région bruxelloise, dans le but de  donner une vision plus claire de l’appoint technique et administratif disponible aux entreprises, ainsi que d’unification la communication de city marketing liée à l’attractivité de la Région bruxelloise, notamment à travers des coproductions et des collaborations culturelles internationales avec des experts reconnus du domaine,

– par une articulation avec les autres fonds régionaux pour œuvrer à la coordination des opérateurs dans la filière de production audiovisuelle.

– par la promotion d’un plan régional de développement des média bruxellois, en particulier sur le territoire de Schaerbeek / Evere, où sont situées nombre d’entreprises de l’audiovisuel et de l’industrie numérique, faisant de ce site un pôle média naturel. Nous proposons que cette zone, concernée par le concept « Schaerbeek media city », fasse l’objet d’une exonération des différentes taxes régionales ou locales et puissent y bénéficier d’incitants fiscaux spécifiques.

Marion Lemesre - Carol Godefroid - Thierry Dubois

des embouteillages

 

– par la mise en service progrerue_de_la_loi_0ssive du réseau RER à brève échéance en privilégiant les axes qui peuvent être exploités sans délai (ex. : la ligne 26 au départ d’Uccle ou par le tunnel Schuman-Josaphat dès son ouverture prévue en 2015) ;

– par l’utilisation des gares existantes comme première étape d’un réseau express bruxellois.

– par le développement du réseau de métro, la mise en service complète d’un axe Nord – Sud du métro (Evere – Uccle) dans les meilleurs délais ; la poursuite de l’automatisation des lignes de métro 1 et 5 (programme Pulsar) à (échéance annoncée de 2018) ; Une étude de faisabilité d’une ligne de métro automatique reliant le centre de la ville à l’ULB, via la Gare Centrale, la Porte de Namur et la Place Flagey.

– par la  réduction des ruptures de charge pénalisantes pour l’usager afin de diminuer les temps de parcours et d’augmenter les fréquences pour mieux faire face à une demande qui évolue constamment ;

– par la fluidification du trafic automobile, l’amélioration des accès et l’augmentation du nombre de places de parkings publics et de dissuasion aux portes de la Région bruxelloise,

 de l’indifférence coupable

Face au manque de places d’accueil, aux cris de détresse de nombreuses associations actives dans le secteur et au désarroi des familles, il convient de redonner une réelle priorité à cet aspect essentiel de l’aide aux personnes.

–   par l’instauration d’un budget d’assistance personnelle aux personnes handicapées,

IMG_0192

–   par la mise en place, comme cela existe déjà en Flandre (depuis 2000) et ainsi que cela avait été initié lorsque le MR gérait la matière, un budget d’assistance personnel (BAP) permettant aux personnes handicapées bénéficiaires de l’utiliser librement pour l’aide et les soins dont ils ont besoin : aide- ménagère, soins corporels, transport et mobilité. L’objectif du BAP est en effet de permettre à son bénéficiaire de rester dans son milieu de vie. Ce budget sert à couvrir des prestations choisies par la personne en fonction de ses besoins. Ces prestations sont des aides liées notamment aux activités de la vie quotidienne, aux loisirs, aux activités professionnelles et aux déplacements.

–   par l’augmentation du nombre de places réservées aux personnes handicapées de grande dépendance dans les centres de jour et les centres d’hébergement, notamment par une revalorisation des normes d’encadrement. La pénurie de places en Région bruxelloise requiert un plan d’urgence pour y remédier.

–   par le développement  des services de court séjour et de répit pour les familles.

–   par la suppression de la réduction de 28 % pratiquée sur l’allocation d’intégration octroyée aux personnes handicapées séjournant en institution.

–   par la mise en place d’une assurance autonomie comme c’est le cas en Flandre.

–   par la majoration de la déductibilité fiscale des frais de garde des enfants handicapés et autoriser celle-ci jusqu’à 21 ans.

–   par la mise en œuvre d’un plan pluriannuel d’accessibilité 100 %, qu’il s’agisse de l‘accessibilité aux bâtiments, espaces et transports publics ou scolaires ou de l’accessibilité à la communication.

du bruit des avions

bruitavion

– par la suppression des survols des zones densément peuplées et l’interdiction du trafic aérien avant 7h du matin. Les normes arrêtées afin de lutter contre le bruit généré par le trafic aérien doivent être effectivement appliquées.

Il faut faire preuve de fermeté à l’égard des compagnies aériennes en infraction et percevoir les amendes dues. La définition des routes aériennes et des procédures de vol, ne peut se faire que moyennant une évaluation environnementale préalable et doit tenir compte des normes de bruit en vigueur en Région de Bruxelles- Capitale.

 

 

de la saleté

– par la mise en œuvre du transfert de la compétence du nettoiement des voiries à l’échelon communal et  la modernisation profonde de l’Agence Bruxelles Propreté ; Ceci de manière à garantir à tous les bruxellois de pouvoir sortir leurs sacs à des heures raisonnables ; Adapter l’organisation et les horaires des collectes dans les quartiers commerçants afin de les rendre plus compatibles avec leurs activités (collecte tardive ou nocturne dans certains quartiers concentrant beaucoup d’activités HORECA pour éviter de laisser traîner sur les trottoirs des sacs susceptibles d’être déchirés durant la nuit) ;Photo0708

– par le renforcement de la coopération entre tous les acteurs publics. Rendre effectif le partenariat entre la STIB et l’Agence Bruxelles-Propreté pour le nettoiement de sites propres de la STIB ;

– par la mobilisation des zones de police. La police doit être sensibilisée à intervenir en matière de répression des actes de malpropreté. La problématique des incivilités doit être intégrée dans la formation des policiers. Chaque division de police doit disposer d’un «Officier Propreté » qui puisse travailler en partenariat avec les communes et l’ABP ; Renforcer la lutte contre les dépôts clandestins en systématisant les opérations conjointes de planques regroupant les différents acteurs de la propreté ;

–  par  la tolérance zéro pour les incivilités et l’harmonisation des sanctions administratives des actes de malpropreté.

–  par un soin particulier à apporter aux zones phares et à forte fréquentation, dans lesquelles l’Agence Bruxelles-propreté assure un nettoyage permanent, tout au long de la journée, 7 jours par semaine ;

 

 

 des discriminations et des atteintes à nos valeurs

pros5600web

– par la lutte sans complaisance contre le repli communautaire et le radicalisme,

– par l’éradication de l’exploitation des êtres humains dans les réseaux de prostitution et de mendicité.

–  par le respect strict du modèle égalitaire et neutre des services publics; C’est pour cette raison que le MR a fait le choix clair de ne pas autoriser le port de signes exprimant

-des convictions religieuses, philosophiques et politiques dans l’exercice d’une fonction de service public à quelque niveau que ce soit tout  en respectant les appartenances diverses dont chacun peut se revendiquer dans la sphère de sa vie privée.

–   par le respect strict de l’égalité homme/femme et l’interdiction de toute expression visant à la mettre à mal ( interdiction du port de la burqua en rue sous l’impulsion du MR)

 

 

                Bruxelles, plus propre, plus belle, plus sûre, plus active et créative  

 

Mise en page 1

 

Marion Lemesre

Députée – Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles

10 ème candidate sur la Liste n°1 MR pour la Région bruxelloise

 

www.marionlemesre.be       marionlemesre@gmail.com