Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Pour le pique nique, Bruxelles compte de superbes parcs ...

P1010104

«Arrêter d’instrumentaliser la Ville pour faire passer vos idéologies ou vos manquements!

De plus en plus loufoque, la majorité sortante prend des décisions «à la va comme je te pousse» déclare Marion Lemesre en entendant l’idée du Collège de répondre à l’appel à la désobéissance civique d’occuper une nouvelle fois les boulevards par un grand pique nique contestataire par une autorisation de transformer les boulevards en espaces de pique nique tous les dimanches . ET tout cela, dans la plus grande improvisation ,sans concertation avec les habitants et les commerçants ouverts le dimanche.

De conférence de presse en conférence de presse la majorité sortante est comme une coquille de noix flottant au gré des vagues de récriminations menées par des groupes de pression divers et variés.

L’absence de vision et surtout de réalisation voire même de projet concret pour l’aménagement des espaces publics débouchent sur des décisions à la «va comme je te pousse» constate encore une fois, Marion Lemesre, la chef de groupe MR au Conseil communal.

Virer les voitures le dimanche d’espaces publics délabrés du centre ville n’est pas une politique d’urbanisme et d’aménagement du territoire cohérent, construit , réfléchi !

Le  triste constat de l’abandon des grands boulevards a déjà été dressé il y a plus d’un an par Alain Courtois et Marion Lemesre, au nom du MR de la Ville de Bruxelles. En effet, si les grands boulevards bruxellois ont, par le passé, fait la fierté de la Capitale, ils sont aujourd’hui totalement délaissés. Les bacs à fleurs en béton des années 70 servent de poubelles, les dalles des trottoirs se soulèvent, les entrées de métro en triplex « tagués » sont d’une laideur affligeante, les panneaux indicateurs s’additionnent, le mobilier urbain s’enchevêtre, les panneaux publicitaires se multiplient au fil des conventions avec les sociétés d’affichage, des blocs de béton encombrent les trottoirs… un fouillis qui contribue à augmenter l’insécurité du centre de Bruxelles.pastedGraphic.pdf

Encore une fois, les libéraux regrettent que malgré leur potentiel de vitalité commerciale et touristique pour Bruxelles, les boulevards du centre n’ont même pas été évoqués dans les enjeux du PDI, tant en termes d’amélioration et d’embellissement de l’espace public, qu’en termes de relance économique et commerciale de notre région.

Autant la première occupation pouvait sembler sympathique dans sa démarche dénonçant  l’absence d’aménagement des boulevards, autant la répétition à l’appel à la désobéissance civique est déplaisante et irrespectueuse de tous les habitants et autres usagers de l’espace public.

Autant la tolérance à l’égard de ce happening pouvait être la bonne réponse laissant une expression libre d’une revendication, autant la réponse du laisser-faire , laisser-occuper en considérant cela comme une politique d’aménagement de l’espace public est un abandon d’autorité, une reconnaissance d’incompétence et un signal au grand n’importe quoi !

NON, Messieurs et Mesdame de la majorité sortante , Bruxelles mérite mieux que ce cirque improvisé, superficiel et ponctuel ! il est grand temps de passer à quelque chose de plus sérieux , de plus solide, de plus durable exige Marion Lemesre

Il est grand temps de faire des boulevards du centre une zone de développement stratégique régional et d’en lancer, dans les plus bref délais, la procédure de réaménagement complet impliquant, trottoirs, voiries, plantations, mobilier urbain, éclairage et entrées de métro.

La mise en valeur des façades, en partenariat avec les propriétaires privés, doit participer à une promotion et une réaffectation en logements moyens tandis que la Régie foncière de la Ville de Bruxelles doit apporter un soin particulier à la location de ses espaces commerciaux à des commerces de qualité ainsi qu’à l’entretien de ses logements. La mise en lumière des nombreux bâtiments remarquables qui longent les boulevards ainsi que la recréation des trois grandes places historiques doit rendre majesté et convivialité à ces artères vitales pour la ville. Car, la meilleure conception urbanistique est celle qui considère la ville  comme un organe vivant, comme un tout.

En colère, Marion Lemesre conclut : «C’est bien l’instrumentalisation d’une ville qui la déshumanise.» et aux uns comme aux autres déclare  : «Arrêter d’instrumentaliser la Ville pour faire passer vos idéologies ou vos manquements!pastedGraphic_1.pdf

Allez voir  les abords de la Gare Centrale pour comprendre à quel point il ne suffit pas de  « virer les voitures » pour créer un espaces publics de qualité ! 

Et au travail maintenant !

Comments are closed.