Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Ma décision pour les prochaines éléctions

18.12.2017
|
Commentaires fermés
|
marion banner

J’ai décidé de mettre un terme à ma carrière politique en 2019. Je ne serai pas candidate à un mandat aux élections communales de 2018 et aux élections régionales de 2019.

Décision de quitter la vie politique

« Ce n’est pas un coup de tête, cette décision est le fruit d’une mûre réflexion abordée depuis un an. Parce qu’il y a une vie après la vie politique. Parce que les personnes qui s’accrochent trop longtemps à leur mandat finissent par partir avec aigreur. Je ne veux pas attendre ce moment-là. A 65 ans en 2019, après 36 ans de Conseil communal et 30 ans de Parlement, il me semble sage et raisonnable de passer la main aux jeunes. D’autant plus qu’à la Ville de Bruxelles, la relève est là. Je pense à Geoffroy Coomans, David Weystman, Clémentine Barzin, Florence Frelinx, Céline Vivier ainsi que toute l’équipe des Jeunes MR qui ont l’enthousiasme de la jeunesse, des compétences, des sensibilités et des personnalités différentes très complémentaires.»

Bilan à la Ville de Bruxelles

« En 36 ans passés sur les bancs du Conseil communal, dont 24 sur ceux de l’opposition, j’en ai vu passer des grands et des petits dossiers, des grands et des petits accords politiques… La politique n’est pas le règne de la morale mais bien celui des rapports de force, d’idéologies et d’intérêts. Ainsi, se voir reléguer dans l’opposition après avoir gagné les élections avec le Bourgmestre Van Halteren en 1982 et de Donnea en 2000, c’est le genre d’expérience désespérante qui vous forge une carapace, équipement indispensable pour encaisser les coups et surtout les oublier pour ne retenir que les objets de fierté et de satisfaction. Définir sa politique par sa plus grande réussite plutôt que de l’enfermer dans ses échecs : peut-être le secret de la longévité 🙂

Ainsi, je suis fière du travail accompli au cours de mes mandats d’Echevin.marion photo 4

De 1995 à 2001, en tant qu’échevine des Beaux-Arts, de la Jeunesse et du Tourisme, j’ai mis toutes mes forces à construire le socle stable et durable d’une nouvelle politique de la Culture (qui avait été anéantie par les assainissements budgétaires lors de la mandature précédente) avec la mise en place d’outils performants comme les ASBL « Bellone-Brigittine », « Bruxelles-Expo-Musée », « Riches Claires », « Bruegel », « Citée Culture » qui ont démontré depuis, leur nécessité et leur excellence.

Parmi mes bons souvenirs et grandes fiertés, il y a aussi la création du théâtre des jeunes « la Montagne Magique » avec Roger Deldime. J’ai toujours défendu la place de la culture à l’école car je crois sincèrement à son pouvoir d’émancipation des gens ainsi qu’à sa capacité de les rendre plus heureux. A cet égard, ma rencontre – dans le contexte un peu difficile de Bruxelles 2.000 – avec le Directeur du Théâtre Le Public, Michel Kacenelenbogen, m’a confortée dans cet engagement qui m’a fait accepter la Présidence de son théâtre, mandat que j’exerce bénévolement depuis 17 ans et dans lequel je compte bien continuer à m’investir à l’avenir.

Au niveau du Tourisme, je me suis battue, en partant du petit comptoir d’accueil du TIB pour rétablir les budgets, fusionner Congrès et Loisir, créer en partenariat avec la Région ce qui est aujourd’hui Visit.brussels.

Depuis 2012, en tant qu’Echevine des Affaires économiques, j’ai mis en place une toute nouvelle politique du commerce qui était jusque-là inexistante à la Ville de Bruxelles. J’ai construit une administration du commerce, doté la ville d’un Schéma de Développement commercial, créé une ASBL de soutien et de promotion des quartiers commerçants « Entreprendre.brucity », mis en place un Conseil consultatif du commerce et de l’entreprise et fait reconnaître le centre-ville en zone touristique autorisant l’ouverture des commerces 7jours/7.

Désormais, il faut pérenniser cette politique. Pendant cette année 2018, je vais continuer ce travail dans la même direction, le renforcer encore, consolider les budgets et les structures mais, surtout, inscrire la « préoccupation commerce », une problématique transversale, dans tous les départements. Les Libéraux ont bien apporté à la Ville la prise en compte de son développement économique, ils en sont désormais les garants. »

Action au sein du Parlement

« Je me suis battue pendant 10 ans pour la création d’un fond d’aide à la production audiovisuelle, un Bruxellimage qui a enfin vu le jour sous le nom de marion au parlementScreen.Brussels et plus récemment, pour que les commerçants victimes des nuisances de chantiers aient le droit à une indemnisation. J’ai aussi proposé la création d’un bail commercial de courte durée pour les pop-up stores. J’ai porté les projets de création d’une Ecole des Cadets (à l’instar des Cadets de la République en France) afin de permettre aux jeunes bruxellois d’accéder au cadre policier, d’agences de mixité commerciale (AIMC) et dernièrement celle d’une gare routière. Je suis persuadée que pour ces trois projets, j’ai – comme pour Screen.Brussels – simplement eu raison trop tôt et que la majorité s’enferme dans un rapport stérile de majorité contre opposition. C’est frustrant, d’autant plus frustrant que cela ne permet pas de voir aboutir des projets attendus par les secteurs professionnels concernés et que surtout ce dernier gouvernement « s’autobloque » dans un immobilisme désespérant. »

Vision pour Bruxelles

« Pourtant, Bruxelles, capitale de la Belgique et de l’Europe, est une ville pleine de richesses et avec un grand potentiel, que ce soit sur le plan entrepreneurial, commercial, touristique ou culturel. Malheureusement, la complexité du système politique avec ses nombreuses strates, son fédéralisme de désunion, ses rivalités communautaires et régionalistes, ses concurrences régionales et municipalistes … font qu’il est difficile d’y porter de grands projets, voire simplement un modèle de développement harmonieux et cohérent. A force d’émiettement des responsabilités, plus personne n’a le pouvoir de décider mais tout le monde a celui de bloquer ! On dit souvent qu’un fossé s’est creusé entre le politique et le citoyen, or ceux-ci n’ont jamais été autant dans la proximité et l’immédiateté de jugement (et d’expression de celui-ci, notamment par les réseaux sociaux et autres). Je pense que c’est l’illisibilité des institutions politiques et la confusion des responsabilités de chacun qui sont responsables de cette désaffection. La transparence par une meilleure compréhension passe par la simplification des institutions. »

Elections en 2018

« Toutefois, je ne veux pas partir déprimée quant à l’avenir de Bruxelles et de la politique en général. Car, pour réhabiliter la Politique, il faut cesser de la photo marion mépriser ou de la tourner en dérision mais il faut s’y engager. C’est pourquoi il faut encourager l’engagement des jeunes en politique. On aura  toujours besoin d’hommes et de femmes politiques pour gérer la Cité.

Je souhaite à Alain Courtois de mener l’équipe MR vers la victoire en 2018, avec un poids plus important au sein du conseil communal et un rapport de force plus confortable voire prédominant à la tête de la Ville. Pour ce faire et comme par le passé, je serai aux côtés de notre Tête de Liste et de nos candidats, avant et durant la campagne électorale; j’y mettrai toutes mes forces et leur apporterai tout mon soutien actif.

D’ici-là, je ne manquerai pas de poursuivre ma mission d’Echevine des Affaires économiques, avec tout mon enthousiasme, au service des Bruxellois, en portant haut nos valeurs libérales. Notre ville comme notre région ont besoin de plus de libéralisme et de liberté d’entreprendre (à ne pas confondre avec le « laisser faire ») pour retrouver le chemin du progrès et du développement.

Je pense que nos jeunes candidats sont pleins de ressources : ils posent un regard neuf et sans position dogmatique sur les problématiques comme le rôle de l’école, l’accès à l’emploi, la participation citoyenne, le partage de l’espace public ou la mobilité. Je leur souhaite de conserver le plus longtemps possible la beauté et la force de leur enthousiasme avec – comme disait Jean Gol, « l’optimisme de la volonté ».

 Rappel des principaux mandats politiques de Marion Lemesre

  • Conseillère communale depuis 1982
  • Echevine des Beaux-Arts, de la Jeunesse et du Tourisme de 1995 à 2001
  • Bourgmestre déléguée pendant 3 mois fin 2001
  • Echevine des Affaires économiques de 2012 à 2018.
  • Députée au parlement bruxellois dès la naissance de la Région de Bruxelles-Capitale en 1989, elle y a exercé les fonctions de Vice-Présidente du Parlement et de Chef de Groupe MR.

Comments are closed.