Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Les sanctions à l’encontre de l’Iran viseraient-elles des malentendus?

Iran_Tehran

La Députée libérale Marion Lemesre dénonce la participation de l’organisme régional Brussels Invest & Export, en avril prochain, àune mission économique organisée en Iran. «Ce pays fait toujours l’objet de sanctions internationales totalement justifiées », rappelle Mme Lemesre « et tant que ce sera le cas, les contacts économiques avec l’Iran seront àproscrire, ne serait-ce qu’au nom de l’éthique. ».

Et de rappeler que quand des missions économiques s’organisent avec Israël, on assiste systématiquement àune levée de boucliers de certains parlementaires, alors qu’Israël, rappelons-le, est la seule démocratie de cette région du Moyen Orient. La Députée libérale regrette toujours la suspension d’accords de coopération universitaire entre Bruxelles et Israël.

Cette mission économique fait d’ailleurs l’objet d’une communication interpelante de la part de son organisateur, BECI, un organisme privémais subventionnépar la Région dans le cadre de la promotion du développement de nos entreprises àl’étranger. On peut lire sur leur site : « Après des années de malentendus entre l’Iran et le reste du monde, les discussions en cours laissent penser qu’àterme des relations commerciales normales vont être rétablies avec ce pays. ». De quels « malentendus »s’agit-il exactement?, s’interroge Marion Lemesre.

En effet, ce n’est pas un hasard si l’Iran fait l’objet de sanctions internationales : l’Iran a, entre autres,  commis plusieurs violations du droit international, c’est un pays dans lequel les droits des femmes ne sont pas respectés, un pays qui applique régulièrement la peine de mort et oùl’enrichissement de l’uranium àdes fins militaires est un problème qui est loin d’être résolu et certainement pas àcourt terme.

« Il y a suffisamment de marchés intéressants dans des pays fréquentables qui ne font pas l’objet de sanctions internationales »rappelle la Députée libérale, qui souligne que l’officialisation de cette visite par le gouvernement bruxellois (via le BIE) est un mauvais signal.

 Pratiquement, les marchés sélectionnés pour la mission l’ont-ils étéconformément aux restrictions actuelles et aux sanctions économiques prises par l’Europe et l’ONU envers l’Iran? On peut en douter, au vu des déclarations faites dans la presse par la représentante de Flanders Invest and Trade qui soulignait l’importance pour nos entreprises « de créer des contacts, même dans des secteurs qui tombent encore sous le joug des sanctions. » ! « Cette logique est totalement inacceptable »ajoute Marion Lemesre, qui interrogera la Ministre en charge du commerce extérieur au sujet de la pertinence de ce déplacement.

S’agit-il de nouer des contacts àn’importe quel prix et avec n’importe quel partenaire, histoire de ne pas rester en touche? Avec un raisonnement pareil, on peut se demander si la Région accompagnera Dennis Rodman lors de son prochain voyage en Corée du Nord.

 

Comments are closed.