Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Quand les pouvoirs publics organisent eux-mêmes la concurrence déloyale et la pollution visuelle de nos artères régionales.

pub-lamp_jpg_h170

La Députée régionale Marion Lemesre (MR) dénonce la situation  hallucinante autorisée par la Ministre Grouwels quant à l’affichage sur les lampadaires des artères régionales.

Sans qu’aucun appel public n’ait été lancé, deux sociétés d’affichage règnent en maître sur l’envahissement des artères régionales par la publicité. Ces  autorisations ont été octroyées sur le modèle du « 1er arrivé, 1er servi » et concernent les lampadaires d’artères régionales, comme le Boulevard du Souverain, l’Avenue Roosevelt, l’Avenue de Tervuren… « Autant d’artères prestigieuses défigurées par des oriflammes et panneaux en carton. Les lampadaires ne sont pas des lieux d’accrochage, on assiste à une dégradation de ce matériel public et à l’enlaidissement de l’espace public. » s’indigne la Députée bruxelloise.

« Sans pour autant s’opposer au balisage ponctuel des événements culturels, on voit la dérive sur laquelle débouche ce type de gestion problématique. Pourquoi n’y a-t-il pas eu d’appel public pour l’octroi de ces marchés ? » demande Marion Lemesre.

Pour la somme dérisoire de 24,79€ par poteau par année, ces deux sociétés ( les firmes S.A. Renta Pub et Arte Pub) se sont vu disposer d’une autorisation pour le placement respectif de 173 et 119 panneaux. « C’est de la concurrence déloyale à l’égard des autres sociétés publicitaires mais ici, elle est en plus organisée par les pouvoirs publics. C’est inadmissible ! » dénonce la Députée libérale.

A côté de la question du prix ridiculement bas de cette autorisation, Marion Lemesre souligne qu’il « est indispensable de baliser les événements à mettre en évidence et d’arrêter la surcharge et la surenchère promotionnelle car trop de pub tue la pub. A force de tout promouvoir, du plus petit événement jusqu’au plus grand, on perd la cible du message, plus personne ne se sent concerné et la communication se perd. »

Comments are closed.