Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Les Marronniers de l'Avenue Louise, Nouvel Episode dans la Saga de l'olivier qui n'aime pas les arbres à Bruxelles

P1010562

« Quand vous coupez les racines d’un arbre, dix ans après, il menace de tomber… Cherchez l’erreur ! » s’énerve, la députée MR Marion Lemesre, qui, dans la saga de « l’Olivier qui n’aime pas les arbres à Bruxelles », s’étonne des cris d’orfraie poussés par la Conseillère communale Ecolo face au nouveau massacre annoncé d’arbres remarquables avenue Louise, et ceci, avec l’accord de la Ministre régionale Ecolo de l’Environnement, Evelyne Huytebroeck, incapable de mettre en place le dispositif du « Plan nature », toujours annoncé comme étant en « cours d’élaboration » et supposé mettre en action la politique du gouvernement en matière de protection de la nature en Région bruxelloise. 

En effet, des platanes aux marronniers, avec constance et régularité, Marion Lemesre interpelle depuis 2007 les ministres du gouvernement Olivier à Bruxelles sur les massacres systématiques des grands arbres d’alignement perpétrés à chaque nouveau chantier initié par la STIB. Par ailleurs, Marion Lemesre est l’auteur, avec sa collègue Jacqueline Rousseaux, de la résolution visant la protection du patrimoine arboré bruxellois, déposée en 2007 et redéposée en 2009.

En mars dernier, il s’agissait du Boulevard du Souverain à Watermael-Boitsfort, au niveau du Parc du Leybeek (maison communale), lors de l’aménagement du terminus du 95 au bord du parc (une zone verte du PRAS) et un site à l’inventaire, Marion Lemesre dénonçait : « n’avoir jamais vu un travail aussi cochonné en 23 ans de vie parlementaire à Bruxelles, attentive à la tenue des chantiers impliquant le respect des espaces verts : huit arbres ont été massacrés au niveau des racines avec la coupe de toutes les grosses racines traçantes sur 360°. C’est du jamais vu avec des mats racinaires de 80 cm de circonférence tranchés à la disqueuse ou coupés à la bêche de terrassier ! »

Interpellée le mercredi 21 mars, en Commission de l’infrastructure par la députée libérale, la Ministre de la Mobilité CD&V, Brigitte Grouwels, répondait  pour sa collègue Ecolo de l’Environnement, comme d’habitude, particulièrement absente sur le sujet, en  reconnaissant les faits et indiquant que des dispositions avaient été prises pour réparer les dommages causés aux racines des arbres, par la pose de produits cicatrisants et d’engrais facilitant leur repousse… Marion Lemesre rappelle que la Ministre en charge de la STIB s’était aussi engagée à veiller à ce que des aires de chargement ne soient plus implantées aussi près de grands arbres, en attendant le « Plan nature » de la Ministre Ecolo de l’Environnement sensé prévenir ce genre de situation.  Concernant la gestion des grands chantiers, dont ceux de la STIB, le plan Nature devrait imposer à la STIB de respecter un certain nombre de dispositions de protection des racines et des sols en bordure de ceux-ci.

Marion Lemesre fait le triste constat qu’en effet, c’est toujours une dizaine d’années après les chantiers lourds conduits sans soins aux abords des grands arbres que ceux-ci sont considérés par après comme menaçants en termes de stabilité. « Allez voir les dégâts qui ont été occasionnés aux racines ! » conclut-elle.

Dans la saga de l’Olivier qui n’aime pas les arbres, Marion Lemesre rappelle cet autre épisode  de l’accident au Parc Léopold, avec des blessés. « La chute de cet arbre, par grand vent, était malheureusement inéluctable car il avait fait l’objet d’un traitement inacceptable en 2002. Des boues extraites de l’étang avaient été illégalement dispersées aux pieds de certains arbres dont celui-ci entraînant un rehaussement du niveau du sol et une asphyxie de ses racines. Ce traitement apparemment anodin détruit un arbre en une dizaine d’années : le compte y est ! »

En conclusion, si les Ecolos et Groen se réjouissent d’avoir attiré l’attention du Gouvernement dans lequel ils siègent (!) sur l’illégalité de l’abattage des marronniers de l’avenue Louise annoncé pour la fin de la semaine en sachant que l’ordonnance-cadre relative à la conservation de la nature adoptée par le parlement en mars 2012, déjà applicable en son article 67 § 7, prévoit explicitement « l’interdiction de procéder à des travaux d’élagage d’arbres avec des outils motorisés et d’abattage d’arbres entre le 1er avril et le 15 août », Marion Lemesre leur rappelle la responsabilité de leur Ministre Evelyne Huytebroeck dans l’absence de mise en place du « Plan nature » supposé prévenir ce type d’atteinte à la nature.

Enfin, la protection des arbres d’alignement devrait faire partie des réseaux écologiques annoncés dans l’ordonnance cadre, à savoir que le maintien d’arbres sur les grandes voiries est indispensable pour permettre aux oiseaux de passer d’un grand parc à un autre – ici, en bordure du Bois de la Cambre – la suppression des arbres d’alignement de l’avenue Louise casse ce réseau écologique annoncé dans l’ordonnance-cadre.

Des espaces verts de qualité dans une grande ville comme Bruxelles demandent une vision , d’abord pour les planter et imaginer leur croissance- à la façon de Léopold II – mais ensuite ils demandent du soin, de l’attention, du respect, de la connaissance … et encore une vision pour penser leur évolution. C’est dire combien  les négligences de l’olivier bruxellois leurs font autant de tort que ses tronçonneuses !

Comments are closed.