Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Des horodateurs partout !

images-9

La majorité sortante couvre tout le territoire de la Ville de Bruxelles d’horodateurs !

une vache à lait pour pouvoir public en mal de rentrées budgétaires?

En Conseil communal,ce lundi, la majorité sortante présente un nouveau «Règlement relatif à la Politique de stationnement en espace public»  et les «modifications au règlement général complémentaire de police relatif aux voiries communales et régionales sur le territoire de la Ville de Bruxelles».

Il s’agit donc de la concrétisation du «Plan de stationnement» présenté à la presse le 1er juin 2012. Un Plan de stationnement n’ayant fait l’objet d’aucune enquête publique, d’aucune concertation avec les habitants et les commerçants.

A 17 semaines du scrutin communal, cette précipitation pose question en termes de respect des procédures de concertations démocratiques, d’autant qu’après son plan mobilité et la saga de fermeture du Bois de la Cambre, la majorité sortante aurait pu avoir compris la leçon qu’en matière de mobilité et de stationnement la précipitation est mauvaise conseillère.

Concernant la politique de stationnement, celle-ci était  déjà évoquée dans le récent plan mobilité du Collège, sous l’angle de la nécessaire suppression d’emplacements de stationnement. Une politique qui va à l’encontre de l’idée de faire revenir les gens dans le centre et d’y favoriser une mixité habitats/commerces/entreprises.  Il faut une politique concertée par rapport à l’usage de la voiture, pas un balayage aveugle qui revient à pénaliser les habitants autant que celui qui vient travailler à Bruxelles.

Diminuer l’offre de parkings est une fausse solution car au final on augmente la circulation et donc la pollution parce que les gens doivent chercher du parking.  Il faut, au contraire, augmenter ces zones de parking et en diminuer le prix pour désengorger la ville de la circulation qui tournent pour trouver une place pour se garer.

Pour les habitants, le plan de stationnement est une véritable usine à gaz créant zones et sous- statuts d’habitants de la Capitale alors que les impôts sont les mêmes partout!

La majorité sortante veut  instaurer «Plusieurs types de zones  dans chaque secteur en fonction des spécificités des rues, de leur activité et de leur fréquentation»

=> Le MR juge le  système très compliqué, très coûteux en équipements publics et source d’erreurs potentielles pour l’habitant et le visiteur qui donnera une très mauvaise image de la Ville.

Comprenez la perplexité des habitants de la rue de Heembeek, de la rue des Faînes, de la rue de Ransbeek à Neder-Over-Heembeek où il n’y a pas ou peu de commerces, ni de pression automobile et qui voient leur rue se couvrir d’horodateurs alors qu’un peu plus loin l’avenue du Roi Albert n’en a pas (sans doute pour accueillir les voitures des usagers du complexe sportif ? ): où est la logique? quel est la finalité, si ce n’est vendre des cartes riverains, des cartes visiteurs ou des abonnements toutes zones. C’est-à-dire rendre plus cher , le seul fait d’habiter la ville de Bruxelles !

 Garantir une meilleure rotation dans les quartiers à vocation commerciale ou soumis à une forte pression passera par une mise en zone verte (payante) de la plupart des zones commerçantes … stationnement payant pour une durée de trois heures maximum.

Si  le MR partage cette motivation, nous voulons porter la durée maximale à 4 heures pour donner le temps de faire son shopping, pour inciter à découvrir les commerces et l’horeca de la ville  ainsi qu’offrir le premier 1/4 heure gratuit (à l’instar d’autres communes riveraines et dans un soucis de non-concurrence déloyale, pour la personne qui sait ce qu’elle va acheter et où elle va l’acheter)

Je ne dis donc pas que toutes les propositions d’installation d’horodateurs soient mauvaises partout ! Par exemple, au  niveau du quartier des Squares, je ne vois rien d’extrêmement choquant a priori dans le plan proposé, les rues payantes étant celles où la pression est la plus forte. Car la logique de l’horodateur est bien là vis – à – vis de la rotation nécessaire du parking à destination des commerçants ou de la préservation d’espaces de stationnement pour les riverains; mais je le répète, vouloir couvrir tout le territoire de la Ville relève de quelle finalité ? Peut-on encore parler d’un instrument de régulation du trafic et du stationnement ou d’une vache à lait pour pouvoir public en mal de rentrées budgétaire ?

Nous pouvons comprendre la logique  de préservation des espaces de stationnement des habitants par les mises en zones bleues à proximité des écoles : rue Richard Neybergh, rue Claessens, rue Tivoli, rue Alfred Stevens à Laeken  ou rue Beyseghem et Léon XIII à NOH mais pourquoi alors payant rue Felix Sterckx et Impératrice Charlotte … Mais cette logique doit obligatoirement s’accompagner d’une réflexion sur les plans de déplacements du personnel enseignant et des écoles voir de l’organisation d’une offre parking pour une profession déjà en pénurie.

A cet égard, le plan ne présente aucune réflexion cohérente pour les questions de stationnement des sociétés, ni aucun plan de déplacement scolaire.

La majorité sortante dit que «les zones de livraison seront dorénavant des emplacements payants (75€) sauf durant le chargement/déchargement du véhicule (…) les riverains pourront également bénéficier de ces zones pendant la durée de tout chargement/déchargement».

=> Le MR dénonce une mesure de payement ambiguë s’apparentant à une sanction qui aboutira dans les faits à la suppression de fait des zones de livraison qui seront occupées en prenant le risque d’éventuellement devoir payer 75€ = problèmes ultérieurs de mobilité

=> Le MR approuve la  possibilité de stationnement pour chargement/déchargement des riverains mais s’interroge sur  les règles à adopter pour faire savoir aux contrôleurs qu’il s’agit d’un chargement/déchargement par exemple, le temps de monter ses courses à son appartement => risque  de sanction inappropriée

La majorité sortante vend la «carte abonnement pour les habitants de la Ville au tarif réduit de 500€» (page 4)

=>Le MR dénonce cette nouvelle ponction- taxe de l’automobiliste bruxellois et prône la  vignette annuel pour chaque  habitant titulaire d’une immatriculation lui autorisant le stationnement sur l’ensemble du territoire de la Ville de Bruxelles

La majorité sortante vend des «cartes de soins à domicile pour médecin domiciliés sur le territoire de la ville, possédant un code inami et qui apportent des soins à domicile (…) accordée au tarif de 250€, valable sur tout le territoire de la ville pour une durée maximale de 1h moyennant usage du disque de stationnement».

=>Le MR demande –  pourquoi limiter les cartes de soins aux médecins : quid pour soins infirmiers ; soins kiné … ?

–  pourquoi limité aux médecins domiciliés sur territoire ville ? quid autres médecins ?

=> Le MR dénonce cette ponction excessive des professions libérales qui va à l’encontre 

d’ une politique de développement des soins à domicile et du maintien des personnes le plus longtemps possible à leur domicile

La majorité sortante vend des «cartes visiteur A et B (page 5)

=>Le MR dénonce cette intrusion dans l’organisation de la vie des gens et estime ce dispositif complexe administrativement ingérable.

La majorité sortante vend des «cartes chantier / événement : possibilité pour un titulaire de parking privé de se garer sur la voirie à l’occasion d’un chantier ou d’un événement autorisé par la ville si son parking inaccessible pendant min 7 jours (tarif 10€ … SOIT TARIF ANNUEL RIVERAIN !!!)

=> Le MR dénonce ce double racket de l’habitant  mis à mal dans son droit de stationnement par l’autorité publique qui en plus le ponctionne pour jouir de son droit légitime; en conséquence le MR demande que les cartes évènements/chantiers soient  octroyées gratuitement et pas uniquement à l’occasion de ce qui est autorisé par la Ville ; y compris pour ce qui est autorisé par la Région ! 

En conclusion, au lieu de présenter des plans , payés par les deniers publics , imposés aux habitants de manière autoritaire, sans avoir  fait l’objet d’aucune concertation publique, d’aucune étude d’impact économique, d’aucune concertation au niveau régional, ni avec les communes riveraines directement concernées, la chef de groupe conseille aux Bourgmestre et Echevins , en mal de communication, de plancher sur leur programme électoral respectif et de se conformer à la procédure démocratique prévue par les élections communales pour présenter leur projet dans les différents domaines de compétence de la Ville;

Comments are closed.