Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Bruxelles, ville de caractères...

29.04.2016
|
Commentaires fermés
|
Bruxelles ma belle

Si le Belge est connu pour sa sympathie, le Bruxellois pour son côté bon-vivant, Bruxelles possède, de par son riche passé marchand, différentes identités commerciales, différents caractères selon les quartiers dans lesquels vous vous trouvez.

L’identité de ces quartiers est un atout considérable pour les clients des commerces qui, selon leurs envies, peuvent choisir de se balader à Sainte-Catherine pour un dîner, à Saint-Géry pour un café, au Sablon pour chiner, etc.

Une Capitale aux multiples facettes

Signalétique quartiersJe veux à tout prix préserver cette multiplicité de caractères et surtout, la renforcer. C’est pour ça qu’il y a peu, j’ai fait mettre en place une signalétique, en accord avec les associations de commerçants, qui permet de visualiser clairement et intuitivement les spécificités de tel ou tel quartier.

Il s’agit aussi d’indiquer de manière claire aux automobilistes, par les voies accessibles en voitures, quel est le chemin à prendre pour se rendre à la destination choisie. La signalétique, d’abord placée de manière provisoire, est étendue de manière définitive, notamment par la Région qui a considéré l’initiative comme bienvenue.

J’ai aussi commandé un Schéma de Développement Commercial pour Bruxelles, une étude destinée à pointer les spécificités des quartiers et permettre de ne pas effriter ces identités séculaires. La qualité des commerces désireux de s’installer est aussi une question importante ; j’y veille dès le départ lors de l’examen des demandes de permis et leurs changements d’affectation.

 

L’âme des marchés

Marché du SablonLe caractère maraîcher, lui aussi historique, est un point pour lequel il faut être particulièrement attentif car en plus d’offrir une ambiance particulière, il représente une véritable attractivité commerciale pour le quartier. Grâce au dialogue et à des contrôles, des comportements qui n’étaient pas adéquats pour le bon déroulement des marchés ont été rectifiés grâce aux équipes de la Ville. Autre exemple, celui de la nomination d’un expert pour le marché du sablon. Et après quelques mois, on sent qu’une véritable dynamique positive s’installe sur les différents lieux maraîchers.

Je me réjouis d’ailleurs de pouvoir vous annoncer que 3 nouveaux marchés seront prochainement installés à Bruxelles, à la demande des habitants et commerçants désireux que leur quartier tisse de nouveaux liens sociaux. Dès l’été, une dizaine d’étals proposeront des dessins, des peintures et des gravures, sous l’œil avisé de Bruegel (ou plutôt de sa statue) à la place de la Chapelle les samedis. Un marché de créateurs proposant des objets d’art et d’artisanat sera aussi créé d’ici la période estivale, au bas de l’ascenseur Poelaert. Et un dernier micro-marché alimentaire est en cours de création, à la demande du comité Alhambra ; il sera installé à la porte d’Anvers.

On se détend le dimanche

Il y a presque un an, j’avais obtenu la reconnaissance de l’Hyper-Centre comme zone touristique, ce qui permet aujourd’hui aux commerces qui le veulent d’ouvrir le dimanche. Et force est de constater que cette mesure porte ses fruits ! L’action « I Shop on First Sundays » amène chaque mois des clients plus nombreux et le public dominical est largement plus décontracté qu’en temps normal, selon les échos des commerçants. La clientèle est familiale, ce qui était un des points à travailler comme l’avait pointé le Schéma de Développement Commercial précité. D’ailleurs, « I Shop on First Sundays » a récemment été désigné comme meilleure initiative publique par les Visit.Brussels Awards 2016, une récompense de prestige qui tend à prouver que l’action est porteuse de sens pour Bruxelles.

Bruxelles aux Bruxellois

Il n’existe évidemment par meilleur critique ou lanceur de projet pour Bruxelles que celui qui y vit quotidiennement ! C’est dans cette optique que je me suis investie dans la campagne Make.Brussels lancée au début du mois d’avril. Cette campagne est un appel à projets destiné aux Bruxellois pour qu’ils puissent développer leurs idées, en accord avec l’identité de leur quartier. 10 projets (1 par quartier) seront crédités de 30.000€ chacun, après délibération d’un jury d’experts et le vote des citoyens. Et les porteurs des projets auront jusqu’à fin décembre pour réaliser leurs projets, avec l’aide des instances compétentes (délivrance des permis, suivi des demandes, discussion sur la faisabilité, etc.).I shop on first sundays

Une autre action qui mérite de trouver échos, celle du Beci : les fédérations interprofessionnelles et sectorielles appellent au ralliement avec Stronger.Brussels et s’adressent à tous les commerces, du plus petit au plus grand pour tenter d’améliorer la situation financière en réunissant les moyens et les forces nécessaires.

Des commerces toujours dignes d’intérêt !

Les attentats, le bashing, le lockdown ont fait perdre les habitudes de certains chalands qui hésitent aujourd’hui à rejoindre le centre-ville. Pour leur redonner confiance et leur montrer les qualités des commerces que Bruxelles n’a jamais perdues, un système de couponing est en voie d’être finalisé. En plus de procurer un incitant économique via des réductions, il sera aussi une vitrine pour les commerces participants et offrira une vision positive du commerce bruxellois.

J’aimerais conclure par ces mots que j’ai prononcés lors du Conseil Communal de ce lundi : « j’ai toujours eu une oreille particulièrement attentive aux problèmes rencontrés par les commerçants bruxellois. Certains sont aujourd’hui en grand désarroi et ils demandent, outre du soutien , également de l’empathie. Nous avons encore des moments difficiles à venir mais je suis résolument optimiste quant au bon devenir du développement commercial pour le Centre-Ville et, de facto, pour la Belgique en général ».

Comments are closed.