Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

Avis critique de la Ville de Bruxelles sur le Plan Régional de Stationnement.

stationnement interdit

Avis critique de la Ville de Bruxelles sur le Plan Régional de Stationnement.

Sur proposition de l’Echevine MR, Marion LEMESRE, en charge du stationnement, la Ville de Bruxelles a émis ce lundi, en séance du Conseil communal, un avis  critique sur le Plan Régional de Politique de stationnement (PRPS), posant aussi un grand nombre de questions afin de mieux cerner la coopération.

La Ville de Bruxelles s’est dite favorable à la mise en place prochaine d’un plan régional destiné à coordonner les politiques de stationnement à l’échelle du territoire des 19 communes, une harmonisation nécessaire afin d’améliorer le confort de stationnement des habitants, la rotation des véhicules des visiteurs  et de faciliter la mobilité en Région bruxelloise.

En matière de confort de stationnement des habitants, la Ville s’est plus particulièrement opposée au principe édictée par la Région de réduire au maximum les zones riveraines en découpant le territoire régional en 118 zones; ceci, dans la logique de la nouvelle disposition prise dans son propre plan de fusionner les secteurs de Laeken en une seule entité ainsi que de considérer le Pentagone comme une seule zone riveraine.

«Mais, en l’état actuel, le plan régional de stationnement laisse encore planer des zones d’ombre quant à la mise en pratique réaliste de tels objectifs (planning et budgets y compris) et quant aux études sur lesquelles il se base pour avancer ses objectifs chiffrés (données de 2004-2005)» a répondu l’Echevine MR en séance.

Le projet avance ainsi la réduction de 16% de l’offre de parking en voirie. Mais c’est sans compter le contexte actuel de la Région bruxelloise: l’IBSA prévoit une augmentation de la population bruxelloise de 20% d’ici 2018. Dès lors le seul maintien du nombre de places de stationnement constituerait déjà une diminution du ratio de place de stationnement par habitant.

Ainsi, dans son avis, la majorité à la Ville de Bruxelles souligne que le PRPS, dans son état actuel, pourrait passer pour un ensemble de mesures contraignantes s’il n’est pas accompagné d’améliorations compensatoires nécessaires, probablement plus complexes à mettre en œuvre mais indispensables pour la réussite du programme dans la durée. 

L’activité économique de nombreux citoyens dépend de la rapidité à laquelle ils peuvent se déplacer en Région bruxelloise. Diminuer l’attractivité économique de Bruxelles constituera une perte économique pour tous. Par souci de crédibilité, le projet devrait donc s’appuyer sur des études d’incidence, vu les enjeux et impacts du plan  (délocalisation des commerces, des bureaux et des entreprises,… )

 Il faut soutenir les professions libérales et leur permettre de stationner leur véhicule à proximité de leur lieu d’intervention et ce dans toutes les zones.  Le prix des cartes professionnelles ne doit pas non plus avoir un impact sur la compétitivité des entreprises bruxelloises actives, en particulier dans des secteurs en pénurie. A cet égard, la Ville de Bruxelles souhaite en outre une carte médicale et paramédicale, sans indication de la notion d’urgence (prévue par le PRPS), qui n’a pas de fondement juridique, et valable sur l’ensemble du territoire régional. 

Comments are closed.