Député MR à Bruxelles
Echevin des Affaires économiques de la Ville de Bruxelles (Classes moyennes - Commerce - Emploi - Formation - Stationnement)

2013

Dans cette perspective, différents projets ont déjà été réalisés ou mis en place en 2013 :

  • Révision complète du règlement sur l’occupation des marchés publics et du domaine public ;
  • Redynamisation du Marché Agora ;
  • Création d’un Marché Gourmet ;
  • Développement des Food Trucks ;
  • Création d’un jury de sélection pour les marchés spécialisés ;
  • Finalisation et installation de terrasses place du Marché aux Poissons ;
  • Participation à la redynamisation des  Galeries Bortier et du Centre ;
  • Création d’un nouveau parcours en calèche dans le Centre ;
  • Extension des illuminations de fin d’année en dehors de la zone des « Plaisirs d’hiver » (rue Marché aux Herbes, Place Agora, rue de la Fourche, rue de l’Ecuyer, rue de La Madeleine, rue Antoine Dansaert) et ce, dans le cadre d’une collaboration avec la Ville de Salerne.
  • Contact a également été repris avec les différentes associations de commerçants, afin de les redynamiser et de les soutenir dans leurs initiatives.

Ces différentes actions ont permis de renouer un vrai dialogue constructif avec les commerçants, qui voient aujourd’hui l’échevinat du commerce comme un partenaire privilégié à l’écoute des besoins et conscient de la réalité du terrain, spécialement en cette période de crise.

 

  • Schéma de développement commercial

Cette étude a été demandée, dans un premier temps, sur l’hyper-centre, c’est-à-dire les boulevards du centre, les quartiers Saint-Jacques, Grand-Place et rue Neuve.

Un accent particulier sera mis sur les axes Rue Neuve-De Brouckère ; et les places Fontainas, Anneessens, De Brouckère et de la Bourse.

L’objectif est donc d’obtenir des recommandations opérationnelles pour exploiter au mieux le potentiel de développement et assurer une revitalisation suite aux aménagements prévus.

De manière plus générale pour la  Ville de Bruxelles et prenant en compte les données déjà existantes (Atrium, SDRB, …), ce schéma de développement commercial permettra à l’autorité publique d’obtenir les renseignements suivants :

–          un répertoire exhaustif de l’appareil commercial ;

–          une cartographie des commerces ;

–          une typologie de l’immobilier commercial ;

–          l’identité commerciale de l’hyper-centre en lien avec la dynamique des pôles voisins (Louise, Toison d’Or ….) ;

–          la demande existante pôle par pôle à travers des enquêtes ;

–          l’impact des projets commerciaux en cours de développement.

Une information centralisée, claire, rapide et utile tant pour l’autorité communale que pour les investisseurs est indispensable pour soutenir des politiques proactives en matière d’accueil et de prospection des investisseurs.

Il a donc également été proposé d’acquérir un outil informatique performant répondant à une triple vocation :

–          Instrument de gestion, planification et d’évaluation ;

–          Plateforme web pour stimuler l’investissement commercial ;

–          Outil de communication.

Cet outil permettra de répondre très rapidement à une série de questions essentielles :

–      Combien y a-t-il de commerces sur l’ensemble du territoire de la Ville de Bruxelles ou seulement dans un quartier, une rue, etc. ?  Où sont-ils situés ? Quelle est leur taille ?

–      Dans quel quartier leur nombre augmente ou diminue-t-il ?

–      La liste complète des cellules vides sur l’ensemble du territoire de la Ville de Bruxelles ou seulement  dans un quartier, une rue, etc. ?  Où sont-ils situés ?

–      L’outil offre la possibilité de réaliser une recherche par taille (ex : toutes les cellules vides comprises entre 100 et 300m²) au sein d’un périmètre déterminé par l’utilisateur.  Il propose également une fiche de présentation individuelle (avec photo, adresse, coordonnées du vendeur/bailleur, etc.) de toutes les cellules vides, voire, si souhaité par la Ville, de tous les commerces.

–      Quelles sont les rues qui ont connu une croissance d’attractivité sur le territoire au cours des 6 derniers mois ?

–      Combien d’habitants résident dans la zone de chalandise de Bruxelles ?  Quel est leur pouvoir d’achat ?

–      Quel est le mixe commercial d’une zone déterminée (pourcentage de commerces actifs en équipement de la personne, Horeca, équipement de la maison, etc.) ?  Par conséquent quel est l’état d’équilibre  (ou de déséquilibre) entre le centre-ville et la périphérie ?

–      Quels seront les commerces de meubles ou de vêtements impactés par un projet qu’un investisseur  soumet à la Ville ?

–      Où se situent les parkings ?  Combien de places comptent-ils ?  Où sont les zones bleues ?

–      Où se situent les sites d’intérêt touristique ?  Combien comptent-ils de visiteurs ?

Etc.

 

2014 doit non seulement continuer les actions entreprises en 2013, mais aussi les renforcer et en implémenter de nouvelles.

Au-delà du fait que Bruxelles doit renforcer son aspect de pôle commercial majeur, le secteur du commerce revêt deux autres importantes fonctions :

–          il est un important pourvoyeur d’emplois, et plus spécialement d’emplois peu qualifiés.  Et Bruxelles souffre d’un important taux de chômage chez les jeunes peu diplômés ;

–          des commerces qui fonctionnent, ce sont des recettes fiscales pour la Ville.